Plaidoyer et éducation

Coup d’œil sur … les ouvertures et possiblités pour la défense des droits et l’éducation

Dans le contexte de la santé mentale des enfants et des jeunes, le plaidoyer offre aux jeunes l'occasion d'exprimer leurs points de vue dans le but de réviser les politiques et de créer des changements systémiques. Plaidoyer englobe le recours à l'éducation, à la communication, à des compétences de leadership, et à des données probantes afin de faire valoir, de façon convaincante, le besoin que les choses changent. 1

Indicateurs de réussite :

  1. Les jeunes sont engagés dans leurs communautés et co-créent des plans d’action visant à influencer les décideurs et à faire changer les choses au sein des systèmes
  2. Les jeunes sont appuyés pour qu'ils partagent leur histoire, de façon sécuritaire, dans le but de sensibiliser les gens et de promouvoir le changement social
  3. Les jeunes ont une voix pour exercer une influence dans les systèmes de santé mentale

Les jeunes sont des experts en leur propre expérience et apportent de réflexions considérables sur les enjeux qui leur tiennent à cœur. Certains jeunes peuvent avoir été témoins des répercussions négatives que l’abus de substances peut avoir sur la vie des gens, d’autres peuvent avoir fait l’objet de discrimination en raison de leur orientation sexuelle. Ces épreuves peuvent avoir éveillé en eux le désir de se faire entendre, de sensibiliser les gens et d’aider d’autres personnes qui font face à des défis similaires. Les jeunes peuvent être des défenseurs puissants, en mesure d’influencer le changement des systèmes politiques, économiques et sociaux. 2

La mobilisation des jeunes dans le plaidoyer est à l’origine de nombreux résultats positifs sur le plan psychosocial. Des études ont révélé que le fait de plaidoyer pour ses droits peut contribuer à une augmentation de la responsabilité personnelle 3, du comportement adaptatif et de l'esprit civique 4 et au sentiment d’efficacité et d'estime de soi 5. La participation peut également procurer aux jeunes des occasions d’éducation par l’expérience, de développement de compétences, de renforcement des réalisations scolaires et d’amélioration de leur capacité à résoudre des problèmes 6,7. Certains jeunes sont d’avis qu'ils apprennent davantage au moyen du service communautaire que dans une salle de classe, notamment sur les capacités nécessaires pour mettre au défi les concepts sociaux qui donnent lieu à la pauvreté, pour analyser les causes du racisme, et pour réfléchir de façon critique sur plusieurs autres problèmes systémiques7,8,9.

 
En vedette :« Youth Engagement and Action for Health! (YEAH!)

La mobilisation des jeunes et mesures en faveur de la santé » est un programme visant la défense des droits des jeunes et l’autonomisation des communautés dans le cadre duquel des jeunes et des mentors adultes de la région sont engages afin de prôner l’amélioration des quartiers au titre de l’ACTIVITÉ physique et d’un meilleur accès à des aliments sains. YEAH! valorise les jeunes en leur procurant les moyens d’évaluer leur environnement, de prioriser les problèmes et d'élaborer et de mettre en œuvre un plan pour défendre le changement auprès des décideurs. 10 Selon une évaluation de leur programme, donner une courte formation aux jeunes accompagnée d'un manuel pratique et du soutien de mentors adultes a mené à des résultats positifs 1

Les jeunes sont appuyés pour qu'ils partagent leur histoire de manière sécuritaire.

Au sein du secteur de la santé mentale, les jeunes peuvent se servir de leur histoire personnelle pour concevoir des stratégies d'éducation publique et de promotion de la santé mentale. Adaptées du document Declaration of Accountability/Déclaration de responsabilisation 11, voici certaines des façons d’assurer la sécurité émotionnelle des jeunes qui racontent leur histoire :

  • Aider les jeunes à saisir les risques et les avantages associés au fait de raconter publiquement leur histoire, et les mettre au courant des conséquences possibles pour celui qui raconte son récit (le « conteur »), ainsi que pour sa famille et ses amis.
  • Insister sur le fait que de raconter ses expériences doit être un choix personnel. Aucune personne ne doit se sentir obligée de partager son histoire personnelle avec d’autres dans le but de se faire entendre ou de faire des changements à grande échelle.
  • Signaler qu’il est préférable de s’en tenir à des publics qui sont respectueux envers les histoires des jeunes et qui ont le pouvoir de faire avancer les choses.
  • S'assurer que les motivations du conteur et de l'organisation (c.-à-d. la raison pour laquelle le récit est partagé) ont été clarifiées et ont fait l’objet d’une discussion à l’avance.
  • S’assurer que des mesures ont été prises pour soutenir le jeune avant, pendant, et après le récit de ses expériences personnelles.
  • Reconnaître que les conteurs ont de multiples identités. Les récits qui sont racontés ne devraient pas définir le jeune qui les raconte.

Pour de plus amples resignements sur la façon de partager son récit de façon sécuritaire, parcourez notre fiche-conseil sur le partage stratégique ou consultez la rubrique « Partage sécuritaire de récits » de la Déclaration de responsabilisation (en anglais seulement).

En vedette :« The New Mentality », originalement un petit projet pilote fondé par le Centre en collaboration avec Santé mentale pour enfants, a pris de l'ampleur et est devenu un leader reconnu dans la mobilisation des jeunes en santé mentale à travers l’ensemble de la province. The New Mentality vise à procurer aux jeunes des occasions de changer les choses par des façons qu’ils considèrent importantes et stimulantes. Pour que la santé mentale des jeunes fasse toujours partie intégrante du programme politique et pour réduire la stigmatisation, les jeunes de The New Mentality parlent publiquement des enjeux auxquels ils sont confrontés. Ils fournissent également leurs commentaires et observations afin de rendre les services de santé mentale plus accessibles, plus conviviaux et, au bout du compte, plus efficaces. Pour de plus amples renseignements sur les réalisations les plus importantes du réseau The New Mentality, vérifiez leur site Web (en anglais seulement]. 

 

Les jeunes ont une voix pour exercer une influence dans les systèmes de santé mentale

Il existe plusieurs possibilités pour la défense des droits des jeunes dans la santé mentale à l'échelle provinciale et nationale :

  • Commission de la Santé mentale du Canada : La Commission de la Santé mentale du Canada a admis que la valorisation des jeunes et la collaboration avec eux sont essentiels à l'amélioration du système de soins de santé mentale. Par conséquent, elle a formé un Conseil des jeunes  qui a adapté la stratégie en matière de santé mentale pour le Canada de façon à bien refléter la voix des jeunes : La Stratégie en matière de santé mentale pour le Canada : Une perspective axée sur les jeunes. Les membres de la Commission sont d’avis que cette démarche permettra de rendre les politiques sur la santé mentale plus faciles d’accès à ceux qui plaident pour l’amélioration du système de santé mentale, particulièrement les jeunes.
  • Partenaires pour la santé mentale : Perspective : Partenaires pour la santé mentale est un organisme national sans but lucratif qui a pour mission d’améliorer notre conception, nos attitudes et nos actions à l’égard de la santé mentale. Il constitue un moyen d'expression en ligne qui permet aux jeunes ayant une expérience de vie relative à la santé mentale de mettre leurs histoires en commun.
  • The New Mentality: Disable the Label The New Mentality (en anglais seulement) est un réseau de jeunes adultes à travers l'Ontario dédiés à la promotion de la santé mentale et de la réduction de la stigmatisation, en collaboration avec les organismes de la région. Ce programme de défense des droits encourage des jeunes et des adultes alliés dévoués qui travaillent ensemble à organiser et à animer différents projets à l’échelle régionale, favorisant ainsi la formation de partenariats solides entre les jeunes et les adultes. Dans le cadre de sa réunion annuelle, Disable the Label, le réseau The New Mentality facilite le partage des connaissances et les occasions de réseautage. Les membres de chaque nouveau groupe du réseau [The New Mentality] entrent en contact et entretiennent des relations par l’entremise de la réunion, tout en partageant leurs projets, défis et réussites.
  • Santé mentale pour enfants Ontario : Chaque année, Santé mentale pour enfants Ontario (SMEO) lance un concours vidéo sur YouTube : Change the View pour célébrer la Semaine de la santé mentale des enfants (anglais seulement).  Dans le cadre de ce concours, lequel donnant la chance de gagner 1 500 $, les jeunes ontariens sont invités à faire une courte vidéo pour illustrer des façons d’enrayer la stigmatisation de l’ensemble des problèmes de santé mentale, tels que le stress, la dépression, le trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH), l’intimidation, et les troubles psychotiques.
  • 1. a. b. Linton et al., 2014
  • 2. Lulow, 2012
  • 3. Conrad and Hedin, 1982
  • 4. Newmann & Rutter, 1988
  • 5. Zimmerman, 1988
  • 6. Checkoway & Cahill, 1981
  • 7. a. b. Conrad & Hedin, 1991
  • 8. Nathan & Kielsmeir, 1991
  • 9. Newmann & Rutter,1988
  • 10. Millstein et al., 2011
  • 11. Alderman, Balla, Blackstock & Khanna, 2006