Recherche et évaluation

Coup d’œil sur … les ouvertures et possiblités pour la recherche et l’évaluation  

La co-évaluation et les recherches menées en partenariat avec les jeunes renforcent le processus de recherche, améliorant ainsi la pertinence des résultats de recherche, la responsabilité des jeunes et l’action collective.

Indicateurs de réussite : 

  1. Les jeunes sont engagés en tant que co-évaluateurs afin de déterminer la mesure dans laquelle les projets utilisent les ressources, avancent les résultats et ont une influence sur les publics ciblés.
  2. Les jeunes sont engagés en tant que co-chercheurs dans le but de cerner et de définir les enjeux et les questions de recherche, de recueillir et d’analyser les données, et d’intervenir en faveur de l’action sociale.

Les jeunes peuvent jouer des rôles importants en tant que co-évaluateurs et co-chercheurs. S’ils sont soutenus pour développer les compétences nécessaires, les jeunes peuvent renforcer le processus de recherche, améliorant ainsi la pertinence des résultats de recherche, le leadership des jeunes et l’action collective.

1. Jeunes engagés en tant que co-évaluateurs

L'évaluation participative aide les organismes et les communautés à déterminer la mesure dans laquelle les projets mettent en application les ressources, avancent les résultats et influent sur les publics ciblés. Pour de plus amples renseignements sur les façons de mobiliser les jeunes dans le processus d’évaluation, vérifiez la rubrique Co-évaluer.

2. Jeunes engagés en tant que co-chercheurs

La recherche participative mobilise les jeunes en tant que co-chercheurs dans le but de cerner et de définir des enjeux ou des questions d’intérêt, de recueillir et d’analyser des données, et d’intervenir en faveur de l’action sociale. Le fait de recruter des jeunes comme co-chercheurs, plutôt que de les traiter simplement comme des « sujets », renforce le processus de recherche. 1 Voici comment :

  • Les jeunes peuvent obtenir des réponses de leurs pairs beaucoup plus facilement que le pourraient les chercheurs adultes, en raison des enjeux liés au pouvoir et à l’écart générationnel.
  • La recherche repose sur les points de vue uniques des jeunes. Les jeunes adultes sont mieux placés pour apporter des réflexions sur un problème social qui les touche personnellement.
  • Les jeunes qui sont des experts de leur propre culture locale soutiennent l’analyse et l’interprétation des données, de sorte que l’évaluation soit bien ancrée dans le contexte dans lequel elle se situe.
  • L’expérience des jeunes qui participent comme co-chercheurs mène à des résultats positifs importants pour les jeunes et contribue à leur épanouissement. 1;2,3,4,5,6,7

En vedettte : La jeunesse se raconte

La jeunesse se raconte est un projet qui examine les façons explicites et subtiles dont la violence indirecte s’imprègne dans le quotidien des Canadiens,  comment elle influence leur santé et les stratégies pouvant servir aux jeunes pour surmonter la violence et y résister. La jeunesse se raconte mobilise les jeunes dans un processus de recherche participative, ce qui implique que les jeunes eux mêmes jouent le rôle de chercheurs donnant au projet sa forme et sa direction. Les chercheurs universitaires, les utilisateurs de connaissances de la communauté et les partenaires du gouvernement travaillent avec les jeunes à cet effet. « La jeunesse se raconte : Des vois s’élèvent contre la violence » travaille étroitement avec divers groupes afin de comprendre les aspects variés de la violence indirecte – y compris le racisme, le classisme, l’homophobie, le capacitisme, et autres – en examinant les opinions des jeunes âgées de 16 à 24 ans.

  • 1. a. b. Kellet, M. 2005
  • 2. Kirshner, Pozzoboni & Jones, 2011
  • 3. Suleiman, Soleimanpour & London, 2006
  • 4. Zeldin, O’Conner & Camino 2006
  • 5. Rubin & Jones, 2007
  • 6. London, Zimmerman & Erbstein, 2003
  • 7. Sabo, 2008